Netgem – Activité en croissance et Stagnation de l’Action

Au vu des réorganisations structurelles du capital du groupe Netgem ainsi que des évolutions de postes concernant certains membres au sein de l’équipe dirigeante, on peut prétendre que Netgem cherche à accélérer l’expansion de ses affaires à l’international. 

Depuis quelques mois la société démontre sa force à décrocher de nouveaux contrats à l’international. Les récentes annonces du premier semestre laissent entrevoir un rééquilibrage séquentielles des revenus précédemment générés essentiellement en France avec l’opérateur télécom SFR. En effet, les nouveaux clients qu’ils soient opérateurs historiques comme Telstra en Australie, Telekom Slovénie et Algérie Télécom ont choisi la plateforme NetgemTV avec la netbox N8000, le must chez Netgem.
 
Le potentiel d’affaires avec ces 3 opérateurs se chiffrent en dizaines voir centaines de millions d’€uros et d’unités. De plus, la qualité des offres des clients comme Mélita à Malte, Monaco Telecom, Elisa n°2 en Finlande ayant choisi Netgem est à souligner par le fait qu’ils ont choisi le meilleur de la technologie pour adresser les consommateurs et pour les deux premiers imposés la marque Netbox HD. Quant à la filiale IP Vision que Netgem en association avec le fond F.&.C Reit ont développé en Grande-Bretagne pour proposer une offre riche en contenu dénommée Fetch TV, elle se révèle enfin cette année… Le numéro un anglais de la distribution, TESCO, a décidé de commercialiser l’offre Technika Smartbox 8320 HD FETCH TV (Netbox N8000) à sa marque dans son réseau de distribution depuis le deuxième trimestre 2010. Décrocher l’un des 3 premiers opérateurs telecoms du pays serait un véritable plus après tant d’année d’attente, un écho véritable au sursaut de l’action Netgem ? Lire la suite

Le lancement de la nouvelle série Netbox N5000 est aussi à saluer puisqu’une grande marque de l’électronique grand publique japonaise l’a choisi pour débuter la commercialisation de son offre Toshiba Places dès le 2 octobre 2010 en France puis une réplication dans d’autres pays en Europe. On peut espérer qu’une seconde marque originaire du soleil levant se dévoile…
Face à ces premiers succès et à la rentabilité qui s’affirme ces derniers mois, les versement successifs  et croissants de dividendes, on peut s’étonner du réelle peu d’intérêt de la part des investisseurs à l’égard de la valeur de l’action Netgem en bourse. Si l’on s’en tient à ce que l’on peut lire ‘ici et là’ qu’il s’agirait d’une trop grande exposition au client SFR, il faut tout de même relativiser son poids dans le chiffre d’affaires aujourd’hui et demain. 
Le marché français des offres IPTV proposées par les opérateurs telecoms est mature ce n’est pas une nouvelle mais une situation logique dans ce domaine. Si j’étais un nouvel investisseur au profil d’un fond par exemple, je me poserais la question de savoir qu’elle sera la seconde génération d’offre que les opérateurs telecoms français vont proposer à leurs clients pour les conserver ! L’évolution technologique reste donc le maître mot sur le marché de la convergence et cela Netgem le sait parfaitement et SFR de surcroît ! 
Netgem est donc bien placé pour répondre à l’évolution de la demande de l’un des 3 principaux acteurs telecoms dans l’hexagone.
Au stade actuel plusieurs scenarii peuvent être envisagés :
  • Le premier serait l’arrivée prochaine d’un nouvel actionnaire de référence au capital de Netgem qui pourrait bien avoir un profil similaire de cette dernière mais avec une présence déjà acquise à l’international et/ou une exposition européenne. On peut supposer en conséquence que ce « nouvel actionnaire » désirerait obtenir une maitrise technologique complémentaire à ces propres activités. Sachant que Netgem maitrise la gestion des plateformes hybrides liant le broadband et le broadcast au niveau logiciel et matériel (TNT – Cable – ADSL), au niveau satellite nous attendons avec engouement la première démonstration de ce nouveau modèle.
  • Un second scenarii tout à fait censé, serait celui que Netgem pourrait acquérir une société complémentaire dans le « logiciel » (proche de la rentabilité) ayant déjà une exposition à l’international et/ou en Europe lui permettant de distribuer/ proposer directement sa technologie au travers des clients déjà en portefeuille.
Mon avis : pour ceux qui me lisent vous devinez naturellement de qui il pourrait s’agir.
Rappel : La part d’actions au flottant atteint 59,9%, la famille fondatrice avec la holding J2H et M et Mme Joseph Haddad détiennent une majorité de 36,1%. S’il on y ajoute les parts de M Olivier Guillaumin, des actions en auto-détention et celles des salariés ont atteint 38,1%. Étant présent à l’assemblée général, si je me souviens sans vouloir faire d’amalgame que Monsieur J.Haddad a fait valoir son droit de vote double qui avait été voté lors d’une AG précédente (mars 2008). Voir synthèse AG Netgem du 2 juin 2010. Ce droit de vote s’applique dans les conditions d’avoir enregistré ces actions en nominatif et d’avoir 2 années d’anciennetés. Donc avec 36,1% du capital en détention, les dirigeants fondateurs de la société Netgem maitrisent toutes prises décisions stratégiques.